Promotions

Pas de promotion actuellement

Il était une fois le Papier d’Arménie


Une histoire 100% française

Si son nom évoque pour vous les fastes de l’Orient, Papier d’Arménie, le plus ancien parfum d’ambiance, est pourtant parfaitement français !

Fabriqué depuis 127 ans à Montrouge (92), son histoire commence en 1885…

Auguste Ponsot, chimiste, découvre lors d’un séjour en Arménie les vertus désinfectantes du benjoin, une résine venue de Malaisie que les Ottomans laissent se consumer dans les maisons insalubres ou même infectées par le choléra ou la grippe.
De retour en France, il s’associe avec Henri Rivier, pharmacien. Ensemble, ils parviennent à liquéfier le benjoin dans l’alcool et découvrent un procédé de trempage permettant à un papier spécial imprégné de cette solution, de se consumer sans produire de flamme.

 

127 années de succès

Le succès est immédiat et Papier d’Arménie est médaillé lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris et lors de multiples salons internationaux…

Aujourd’hui, le Papier d’Arménie bénéficie d’une notoriété exceptionnelle. Il est connu dans 75% des foyers et 1 français sur 4 en a déjà utilisé (source AC-Nielsen 2009).

En France, Papier d’Arménie est présent  dans près de 20 000 points de vente et 10% de la production part à l’exportation.

 

Entre passion et tradition ...

 

Un savoir-faire familial

Arrière-petite-fille d’Henri Rivier, Mireille Schvartz perpétue la tradition familiale.

Une équipe de 8 personnes exerçant 3 métiers différents traiteront avec amour la fabrication du petit carnet. Durant ce long parcours, il sera passé sous le contrôle aussi minutieux que rigoureux d’un responsable du laboratoire et dans 7 mains différentes dont certaines comptent jusqu’à 30 ans de maison !

 

Une recette authentique

Selon un rituel immuable, la résine de benjoin est dissoute dans l’alcool durant 2 mois, puis sont ajoutés des extraits de parfum. Cette solution dont la composition reste secrète vient imprégner un papier spécial de type buvard. L’opération est réalisée manuellement, feuille après feuille.
Après trempage, séchage et autres opérations, celles-ci sont mises sous presse pendant un mois. C’est seulement au terme d’un long parcours de six mois que les feuilles sont perforées, découpées, assemblées, mises en carnet et conditionnées pour l’expédition.

 



 

 


L'esprit Papier d'Arménie